Publication of the report “Endocrine Disruptors: From Scientific Evidence to Human Health Protection”

European Parliament – PETI Committee

Rapport Parlement européenThis study, commissioned by the PETI Committee of the European Parliament, presents the scientific knowledge regarding the health effects of endocrine disruptors, a class of hazards recognized in EU regulation since 1999. This report reviews the scientific evidence regarding the concept of endocrine disruption, the extent of exposure, associated health effects and costs. The existing relevant EU regulations are discussed and recommendations made to better protect human health.

 

 

Authors : Barbara DEMENEIX, PhD, UMR 7221 CNRS/MNHN, Muséum National d’Histoire Naturelle, Paris, France. Rémy SLAMA, PhD, Senior Investigator, INSERM (National Institute of Health and Medical Research), IAB Research Center, Team of Environmental Epidemiology, Grenoble, France.

>> Read the full report

Faut-il avoir peur de l’eau du robinet ?

France Culture – La Question du Jour
Par Guillaume Erner

@Pixabay

Mercredi 17 juin 2020, l’association de défense de l’environnement « Générations futures » rendait public un rapport sur la présence de résidus de pesticides dans l’eau du robinet. Faut-il s’en inquiéter ?

Faut-il s’inquiéter des traces de pesticides retrouvées dans l’eau du robinet ? Mercredi 17 juin 2020, l’association de défense de l’environnement « Générations futures », rendait public un rapport répertoriant un certain nombre de substances chimiques détectées dans l’eau du robinet de la quasi totalité des départements français. Conclusion, des résidus de pesticides cancérogènes, potentiellement perturbateurs endocriniens sont présents dans nos réseaux d’eau potable. Pourquoi ? Qu’est-ce que cela signifie ? Est-ce dangereux pour la santé ?

Guillaume Erner reçoit Barbara Demeneix, biologiste, professeure émérite au Muséum National d’Histoire Naturelle, auteure notamment de « Cocktail toxique : comment les perturbateurs endocriniens empoisonnent notre cerveau », ed. Odile Jacob.

>> Ecouter l’émission

Coronavirus : la menace d’une hausse de l’utilisation des combustibles fossiles

Le Point Économie
Par Le Point

@Pixabay

La baisse du prix du pétrole pourrait inciter l’industrie pétrochimique à investir davantage dans les usines produisant pesticides, engrais et plastiques (source AFP). C’est une conséquence potentielle inattendue de la crise du coronavirus. Si certains espèrent y voir l’opportunité d’une transition écologique, c’est le contraire qui pourrait se dérouler, selon un commentaire publié jeudi par The Lancet. 

La chute du prix du pétrole pourrait provoquer une augmentation de la production des pesticides, des engrais ou encore du plastique. “L’industrie pétrochimique pourrait profiter de la baisse du prix du pétrole pour investir encore davantage dans les usines qui produisent des pesticides, des engrais et des plastiques”, explique à l’Agence France-Presse Barbara Demeneix du Muséum national d’Histoire naturelle, auteure de ce commentaire dans la prestigieuse revue médicale.

>> Lire la suite

How fossil fuel-derived pesticides and plastics harm health, biodiversity, and the climate

The Lancet Diabetes & Endocrinology
From Barbara Demeneix

@Pixabay

Three global challenges menace survival as we know it: climate change, loss of biodiversity, and chemical pollution (including endocrine-disrupting chemicals). These threats are more strongly interlinked than previously thought by their common origins in fossil fuels such as coal, oil, or gas, including that derived from fracking.

It is well established that accumulation of anthropogenic greenhouse gases (CO2, methane, and N2O) in the atmosphere is the main driver of climate change. However, policy makers and the general public need to better appreciate the links of each of these threats to life.
The foremost threats are chemical pollution, plastic pollution, and loss of biodiversity, as each is largely linked to the fossil fuel industry. The argument is that not only can these threats be averted, but also by reducing our dependence on fossil fuel usage we can simultaneously mitigate and eventually reverse the current climate crisis and improve environmental wellbeing and human health. If we are to embrace these economic transitions which are so urgently required, a deeper understanding of the interlinked mechanisms is needed.

>> Lire la suite

Letter: Chemical pollution is another ‘asteroid threat’

Financial Times
From Barbara Demeneix

@Pixabay

Steven Pinker (“The world after tomorrow”, Life & Arts, December 28) refers to the “approaching asteroid” of climate change. However, as well as climate change, there are at least two other “asteroid” threats: chemical pollution with its associated health risks, and loss of biodiversity.

Chemical pollution has now reached unprecedented levels, with every child born today “precontaminated” with hundreds of chemicals. Many of these chemicals interfere with brain development. Some, including the mixtures to which we are all exposed, have been associated not only with IQ loss (leading to learning disabilities), but also with neurocognitive and behavioural disabilities, including autism spectrum disorders, attention deficit and hyperactivity. These disorders are increasingly common with rising trends noted worldwide. Professor Pinker argues, correctly in my opinion, that we are not blank slates.

Chemical contamination of amniotic fluid is affecting the brain development of future generations. We are continually learning how the environment affects gene expression, mainly through epigenetics. The early stages of brain development can be equated with a one-way street. It is impossible to press replay and start the process again. Brain development is the key to a child’s future intellectual capacity, with adequate neurocognitive function in children being an important determinant for learning abilities, educational attainment, quality of life, and adult health.

>> Lire la suite

Comment protéger le cerveau contre les toxiques ?

Pleine Vie
Par Jacques Huguenin

@Pixabay

Trois questions à Barbara Demeneix, biologiste, auteur de Cocktail toxique, comment les perturbateurs endocriniens empoisonnent notre cerveau (éd. Odile Jacob).

Quels sont les toxiques les plus dangereux pour le système neuro-cérébral ?

Plusieurs perturbateurs endocriniens ont été incriminés : pesticides, plastifiants (phtalates, bisphénol A), retardateurs de flamme, imperméabilisants, nitrates, perchlorates, filtres UV… Ils pénètrent dans notre corps à travers l’air que nous respirons, la nourriture que nous avalons, l’eau que nous buvons et les cosmétiques que nous appliquons sur notre peau. Les effets de plusieurs d’entre eux ont bien été montrés en épidémiologie et/ ou par expérimentation sur cellules ou sur l’animal. La période de vie fœtale et la petite enfance sont les plus critiques pour l’exposition, notamment en ce qui concerne le risque de maladie neurodéveloppementale et la perte de QI.

>> Lire la suite

Polluants : alerte à l’exposition généralisée

Sciences et Vie
Par Elsa Abdoun

home-2006023_960_720

©Pixabay

Perturbateurs endocriniens, probables cancérigènes… Selon une récente étude portant sur près de 70 substances jugées préoccupantes, les Français s’avèrent massivement contaminés. Mais si l’étude alerte, elle offre aussi des pistes pour se protéger.

Six catégories de  molécules ont été étudiées par l’agence nationale de santé publique française : bisphénols, phtalates et parabènes (des perturbateurs endocriniens suspectés ou avérés), éthers de glycol (suspectés d’altérer les capacités reproductives et le développement du foetus), composés perfluorés et retardateurs de flammes bromés (suspectés de multiples effets toxiques). Résultat : l’exposition est généralisée. Les bisphénols A, S et F, plusieurs éthers de glycol et les principaux composés perfluorés étudiés ont été retrouvés dans 100 % des échantillons, tandis qu’au moins un type de parabène et la plupart des phtalates se retrouvaient respectivement chez près de 90 % et plus de 80 % de l’échantillon représentatif de la population française.

>> Lire la suite (abonnés)

ENFANTS HYPERSENSIBLES , UN PRESENT POUR L’ AVENIR!

Bande-annonce – Sortie en novembre 2019
Par Nathalie Brochard et Jean-Yves Bilien

Enfants hypersensibles - capture d'écrna

Nathalie Brochard présente son documentaire : ” Ce film documentaire est né d’un constat à partir de mon expérience en cabinet et à l’école. Constat partagé par un nombre croissant de professionnels de l’enfance. Empreints de stress et de peur, les enfants se bloquent dans leurs émotions, dans leur apprentissage, dans leur vie. Submergés, les enfants hypersensibles ne supportent plus le tumulte de leurs pensées et de leurs émotions et déclarent des phobies sociales et scolaires. Ils perdent espoir…

Ce film propose un kaléidoscope d’informations sur le constat actuel, ainsi qu’un panel d’approches thérapeutiques et pédagogiques afin de soutenir les difficultés. Nous explorerons également diverses solutions sur les facteurs aggravants endogènes et exogènes.”

Retrouvez Barbara Demeneix à 02:40

>> Découvrir la bande-annonce

Tribune : Perturbateurs endocriniens: le niveau de protection actuel est-il illusoire?

Mediapart – Le Club
Par Les invités de Mediapart

tribune10.10.jpg

« Il est temps que, face à la menace des perturbateurs endocriniens et au temps perdu du fait de la pression des lobbies, la politique européenne privilégie enfin la santé environnementale », alerte un collectif de chercheurs et de médecins au sujet de la contamination chimique de notre environnement et de nos organismes. Ils appellent à mettre en place le principe de précaution, « l’un des fondements de la législation européenne ».

La contamination chimique de notre environnement et de nos organismes est une composante majeure de la crise écologique actuelle, particulièrement par les perturbateurs endocriniens (PE). Dans le cadre du règlement « pesticides », l’Union Européenne a adopté une définition fin 2017, mais celle-ci permet-elle vraiment de protéger les populations ? Autrement dit, se contente-t-elle d’éliminer quelques molécules ou met-elle en oeuvre le principe de précaution pourtant l’un des fondements de la législation européenne ?

>> Lire la suite

 

Les pesticides, principale cause de la disparition des oiseaux en France

France Inter – Secrets d’info 
Par Jacques Monin, Philippe Reltien et Cellule investigation de Radio France

oiseau.jpg

©Pixabay

Enquête – Comment expliquer l’alarmante disparition de millions d’oiseaux ces dernières années ? Le dérèglement climatique désoriente les oiseaux migrateurs, mais le premier coupable est une molécule chimique : l’imidaclopride, qui agit sur eux comme un poison à mort lente lorsqu’ils picorent par exemple des graines enrobées de pesticides semées dans les champs.

Retrouvez Barbara Demeneix à 00:09:34 et à 00:19:13

>>(Re)découvrir l’article France Culture

>> (Ré)écouter l’émission France Inter

Pourquoi autant de polluants dans nos organismes ?

France Inter – Le téléphone sonne
Par Claire Servajean

FrInter09.09.2019

Une vaste étude réalisée par Santé Publique France a été publiée cette semaine auprès de plusieurs milliers de personnes : Bisphénols, phtalates, parabènes, solvants. Nous sommes tous contaminés…

Au téléphone sonne ce soir, questions sur ces produits du quotidien qui nous empoisonnent au sens propre, qui polluent nos organismes et nous contaminent sans que nous nous en apercevions. Santé Publique France a publié cette semaine la plus vaste étude jamais menée sur le sujet dans notre pays.
Des milliers de Français y ont participé entre 2014 et 2016. La conclusion est que les bisphénols, phtalates, solvants, parabènes sont présents dans les organismes de tous les Français, et tout particulièrement dans ceux des enfants. Or ces substances sont loin d’être anodines, certaines sont même dangereuses pour notre santé.
Le problème, c’est qu’elles sont omniprésentes dans notre environnement.
Il est par conséquent particulièrement difficile voire impossible d’y échapper.

Comment cette enquête a-t elle été menée ? Quelles sont les conséquences de cette exposition aux polluants pour notre santé ? Quelles sont les  recommandations à l’issue de cette enquête ? Du côté de nos dirigeants, la prise de conscience est- elle réelle et y- a-t-il  une volonté d’agir ?

Avec nous, pour en parler :

  • Sebastien Denys, directeur du pôle «santé environnement » de Santé Publique France.
  • Barbara Demeneix, endocrinologue, Professeure au MNHN, directrice de recherche au CNRS auteur de Cocktail toxique chez Odile Jacob.
  • François Veillerette, directeur de l’association Générations Futures

>> Ré(écouter) l’émission

Endocrine News Podcast 23 : EDCs and the EU

Endocrine News Podcast
By Caitlin R. Ondracek

edcnews

Caitlin talks about the European Union’s recent resolution on endocrine-disrupting chemicals. She is joined by Rémy Slama, PhD, an environmental epidemiologist and senior investigator at INSERM, France’s National Institute of Health and Medical Research, and Barbara Demeneix, PhD, professor in the Comparative Physiology Laboratory within the Natural History Museum in Paris.

>> Listen to the podcast

Les perturbateurs endocriniens

France Inter – Les Savanturiers
Par Fabienne Chauvière

Franceinter23.07

De nombreuses études mettent en évidence une augmentation vertigineuse des cas d’autisme et des troubles de l’attention. En cause : les perturbateurs endocriniens partout présents dans notre environnement :  jouets, emballages, cosmétiques… et même dans les boites de pizzas !

Lorsque Barbara Demeneix, actuellement professeure au Muséum National d’Histoire Naturelle, commence à s’intéresser au sujet il y a vingt-cinq ans, peu de chercheurs la prennent vraiment au sérieux. Aujourd’hui, tous lui emboîtent le pas. C’est d’ailleurs à cette chercheuse engagée – qui se définit aussi comme une lanceuse d’alerte – et à son collègue Rémy Slama que le Parlement européen a commandé un rapport sur les perturbateurs endocriniens. Il a été rendu public en avril 2019.

>> (Ré)écouter l’émission

Ce qui nous ronge le cerveau : enquête sur l’effondrement général du QI

Marianne 
Par Emmanuel Lemieux

thought-2123970_960_720

© Pixabay

Selon Barbara Demeneix, spécialiste des perturbateurs endocriniens, tout concorde pour un effondrement massif de notre QI. Passage au scanner de ce qui nous grignote l’intelligence.

Elle porte un joli chapeau de paille et nous répond avec un délicieux accent anglais, Barbara Demeneix, endocrinologue au CNRS et ancienne codirectrice du labo Evolution des régulations endocriniennes du Muséum national d’Histoire naturelle. Mais cela atténue à peine l’état des lieux terrifiant qu’elle établit depuis des années. Celui de la chimie et des perturbateurs endocriniens qui sont, selon ses études et hypothèses, une menace certaine pour notre quotient intellectuel. L’effondrement de nos sociétés viendra peut-être par le cerveau. Et cela a déjà commencé. Interrompant notre entretien, elle rend d’autorité au garçon de café un peu décontenancé les innocentes pailles en polypropylène de nos Perrier-rondelle : les poisons plastifiés ne passeront pas par elle.

Les perturbateurs endocriniens, avec des molécules chimiques qui ont été multipliées par 300 depuis les années 70, colonisent notre quotidien, nos organismes et nos pensées. Les fœtus du XXIe siècle baignent désormais dans un liquide amniotique qui, si l’on force le trait, relève plus de la cuve d’usine de type Seveso que du lac de montagne niché dans une vallée préservée – alors que l’on recommande aux mamans de ne surtout pas prendre de médicaments. Les impacts sont encore mal connus, mais néanmoins inquiétants. Dans le liquide amniotique, on repère désormais le bisphénol qui a franchi sans problème la barrière placentaire.

>> Lire la suite de l’article (Abonnés)

Contestado na Europa e nos EUA, agrotóxico que reduz QI de crianças é liberado no Brasil

RFI Brasil
Por Lúcia Müzell

Segundo especialistas, ele deixa traços nos alimentos e, no organismo humano, causa danos como distúrbios hormonais, deficiência mental irreversível nos fetos e diminuição de até 2,5 pontos de QI (quociente de inteligência) das crianças. O clorpirifós é um agrotóxico que surgiu para substituir o devastador DDT na agricultura e é usado há mais de 50 anos – mas é cada vez mais contestado pelos efeitos nocivos à saúde e ao meio ambiente.

O produto combate larvas e insetos e foi banido de oito países europeus. A sua licença para a utilização agrícola na União Europeia se aproxima do fim e o prazo, janeiro de 2020, levantou o debate sobre a pertinência de renovar a autorização. Segundo o jornal francês Le Monde, a Comissão Europeia estuda a possibilidade de não validar a permissão.

Uma das maiores especialistas em perturbadores hormonais do mundo, a pesquisadora Barbara Demeneix, do Laboratório de Evolução dos Reguladores Endócrinos de Paris, avalia que, se for concretizada, a medida já virá tarde.

“Nós esperamos muito que seja proibido na Europa, depois de tantos estudos não só sobre o impacto nas crianças, mas também no meio ambiente”, sustenta Demeneix. “Uma pesquisa incrível mostrou os efeitos desse químico nos peixes-corais. O estudo foi muito claro em demonstrar o quanto o clorpirifós afeta os hormônios da tireoide, portanto o desenvolvimento de todos os vertebrados. Está claro que há impactos não só no homem, como na biodiversidade.”

>> Leia mais

Eye on France: Children clobbered by chlorpyrifos!

RFI English
Michael Fitzpatrick

After glyphosate, the cancer-inducing weedkiller, the French papers look at chlorpyrifos, a commonly used pesticide suspected of pillaging our children’s IQs.

Chlorpyrifos is a pesticide which has been sprayed on European farms for the past half century, despite a staggering weight of scientific evidence suggesting that exposure to the stuff dramatically reduces the IQ of children. It also kills greenfly and caterpillars, which is why farmers like it so much.

Unfortunately, chlorpyrifos survives on our spinach leaves, lettuce, potatoes and oranges. It is to be found in our kids’ urine, and in the umbilical cords of pregnant women.  Since 1965, evidence has been accumulating that this neurotoxin causes irreversible brain damage in youngsters, knocking 13 million points off the IQ of Europe’s children every year, and causing nearly 60,000 cases of mental deficiency.