Polluants : alerte à l’exposition généralisée

Sciences et Vie
Par Elsa Abdoun

home-2006023_960_720

©Pixabay

Perturbateurs endocriniens, probables cancérigènes… Selon une récente étude portant sur près de 70 substances jugées préoccupantes, les Français s’avèrent massivement contaminés. Mais si l’étude alerte, elle offre aussi des pistes pour se protéger.

Six catégories de  molécules ont été étudiées par l’agence nationale de santé publique française : bisphénols, phtalates et parabènes (des perturbateurs endocriniens suspectés ou avérés), éthers de glycol (suspectés d’altérer les capacités reproductives et le développement du foetus), composés perfluorés et retardateurs de flammes bromés (suspectés de multiples effets toxiques). Résultat : l’exposition est généralisée. Les bisphénols A, S et F, plusieurs éthers de glycol et les principaux composés perfluorés étudiés ont été retrouvés dans 100 % des échantillons, tandis qu’au moins un type de parabène et la plupart des phtalates se retrouvaient respectivement chez près de 90 % et plus de 80 % de l’échantillon représentatif de la population française.

>> Lire la suite (abonnés)

ENFANTS HYPERSENSIBLES , UN PRESENT POUR L’ AVENIR!

Bande-annonce – Sortie en novembre 2019
Par Nathalie Brochard et Jean-Yves Bilien

Enfants hypersensibles - capture d'écrna

Nathalie Brochard présente son documentaire : ” Ce film documentaire est né d’un constat à partir de mon expérience en cabinet et à l’école. Constat partagé par un nombre croissant de professionnels de l’enfance. Empreints de stress et de peur, les enfants se bloquent dans leurs émotions, dans leur apprentissage, dans leur vie. Submergés, les enfants hypersensibles ne supportent plus le tumulte de leurs pensées et de leurs émotions et déclarent des phobies sociales et scolaires. Ils perdent espoir…

Ce film propose un kaléidoscope d’informations sur le constat actuel, ainsi qu’un panel d’approches thérapeutiques et pédagogiques afin de soutenir les difficultés. Nous explorerons également diverses solutions sur les facteurs aggravants endogènes et exogènes.”

Retrouvez Barbara Demeneix à 02:40

>> Découvrir la bande-annonce

Les pesticides, principale cause de la disparition des oiseaux en France

France Inter – Secrets d’info 
Par Jacques Monin, Philippe Reltien et Cellule investigation de Radio France

oiseau.jpg

©Pixabay

Enquête – Comment expliquer l’alarmante disparition de millions d’oiseaux ces dernières années ? Le dérèglement climatique désoriente les oiseaux migrateurs, mais le premier coupable est une molécule chimique : l’imidaclopride, qui agit sur eux comme un poison à mort lente lorsqu’ils picorent par exemple des graines enrobées de pesticides semées dans les champs.

Retrouvez Barbara Demeneix à 00:09:34 et à 00:19:13

>>(Re)découvrir l’article France Culture

>> (Ré)écouter l’émission France Inter

Pourquoi autant de polluants dans nos organismes ?

France Inter – Le téléphone sonne
Par Claire Servajean

FrInter09.09.2019

Une vaste étude réalisée par Santé Publique France a été publiée cette semaine auprès de plusieurs milliers de personnes : Bisphénols, phtalates, parabènes, solvants. Nous sommes tous contaminés…

Au téléphone sonne ce soir, questions sur ces produits du quotidien qui nous empoisonnent au sens propre, qui polluent nos organismes et nous contaminent sans que nous nous en apercevions. Santé Publique France a publié cette semaine la plus vaste étude jamais menée sur le sujet dans notre pays.
Des milliers de Français y ont participé entre 2014 et 2016. La conclusion est que les bisphénols, phtalates, solvants, parabènes sont présents dans les organismes de tous les Français, et tout particulièrement dans ceux des enfants. Or ces substances sont loin d’être anodines, certaines sont même dangereuses pour notre santé.
Le problème, c’est qu’elles sont omniprésentes dans notre environnement.
Il est par conséquent particulièrement difficile voire impossible d’y échapper.

Comment cette enquête a-t elle été menée ? Quelles sont les conséquences de cette exposition aux polluants pour notre santé ? Quelles sont les  recommandations à l’issue de cette enquête ? Du côté de nos dirigeants, la prise de conscience est- elle réelle et y- a-t-il  une volonté d’agir ?

Avec nous, pour en parler :

  • Sebastien Denys, directeur du pôle «santé environnement » de Santé Publique France.
  • Barbara Demeneix, endocrinologue, Professeure au MNHN, directrice de recherche au CNRS auteur de Cocktail toxique chez Odile Jacob.
  • François Veillerette, directeur de l’association Générations Futures

>> Ré(écouter) l’émission

Santé : un pesticide dangereux toujours autorisé en Europe

France 3  – JT

Fr3_180619

Le début d’un possible scandale sanitaire. Depuis cinquante ans, l’agriculture utilise le chlorpyrifos pour tuer les chenilles et autres pucerons. Un pesticide qui laisse des traces sur le cerveau. De nombreuses études montrent les dangers encourus pour les enfants exposés durant la grossesse. “On a bien démontré que non seulement ça a un effet négatif sur le quotient intellectuel de l’enfant, mais que l’enfant a de plus forts risques de naître autiste”, développe le Pr Barbara Demeneix du CNRS.

>> (RE)découvrir la vidéo

Chlorpyrifos : les dangers ignorés d’un pesticide toxique

Le Monde
Par Stéphane Horel

C’est une famille de pesticides qui vole en moyenne 2,5 points de quotient intellectuel (QI) à chaque enfant européen. Son principal représentant, comme beaucoup de produits chimiques, porte un nom compliqué qui lui garantit le confort d’un certain anonymat. Pourtant, il contamine notre vie quotidienne. D’abord pulvérisé sur les cultures pour éliminer pucerons ou chenilles, le chlorpyrifos poursuit son existence sous la forme de traces dans les oranges, les pommes, la laitue, l’urine des enfants et le cordon ombilical des femmes enceintes.

Au fil d’un demi-siècle de pulvérisation, les données scientifiques se sont accumulées sur les effets nocifs de cet insecticide. Censé remplacer le DDT et ses effets délétères en 1965, le produit de la firme américaine Dow endommage en fait le cerveau des enfants de manière irréversible.

 

« On peut se demander pourquoi il n’a pas déjà été interdit. Le chlorpyrifos est toxique pour le système nerveux central, c’est-à-dire neurotoxique, et c’est un perturbateur endocrinien qui agit notamment sur la signalisation thyroïdienne. Il peut donc interférer avec le développement du cerveau. ».   Barbara Demeneix

>> Lire la suite (abonnés)

Quels sont les effets des produits chimiques sur notre santé ?

France Inter – Les Savanturiers
Par Fabienne Chauvière

Capturefranceinter

Une chercheuse du Muséum national d’Histoire naturelle se bat contre les perturbateurs endocriniens.

Barbara Demeneix est anglaise, spécialiste mondiale des perturbateurs endocriniens, cette grande biologiste est Professeure au Muséum National d’Histoire Naturelle. Ce qu’elle raconte est sidérant : les pesticides, les plastiques ou les résidus de médicaments rejetés dans notre environnement affectent le développement du cerveau des enfants alors qu’il sont encore dans le ventre de leur mère. Barbara Demeneix, est très engagée dans le lutte contre les substances chimiques qui affectent notre système hormonal. Elle vient, avec son collègue Rémy Slama, de remettre un rapport au parlement européen.

>> (Ré)écouter l’émission

Perturbateurs endocriniens : les lacunes de la réglementation européenne (Les Echos)

Les Echos
Par Sophie Amsili

Un rapport présenté ce mardi devant le Parlement européen souligne l’absence de définition dans de nombreux secteurs, comme les cosmétiques et l’alimentation, et l’insuffisance des tests pour identifier la présence de ces microsubstances.

Le chemin est encore bien long pour limiter notre exposition aux perturbateurs endocriniens (PE). Un  rapport présenté ce mardi à Bruxelles souligne les lacunes de la réglementation européenne sur le sujet.

Réalisée à la demande de la Commission des pétitions du Parlement européen – qui indique avoir reçu 19 pétitions de citoyens européens sur le sujet -, l’étude pointe les incohérences de la réglementation actuelle sur ces microsubstances, pourtant identifiées dès 1996 par l’Union européenne comme un risque pour la santé et l’environnement.

>> Lire la suite 

Perturbateurs endocriniens : la réglementation européenne ne protège pas les populations (Le Monde)

Le Monde
Par Stéphane Foucart

Un rapport commandé par le Parlement européen regrette l’absence de prise en compte des effets cumulés de ces substances et pointe du doigt de profondes incohérences entre les différentes réglementations.

En novembre 2018, la Commission européenne présentait sa stratégie sur les perturbateurs endocriniens (PE) avec, comme objectif affiché, la réduction de l’exposition de la population à ces substances, capables d’interférer avec le système hormonal et impliquées dans une variété de troubles et de pathologies. Bruxelles a-t-elle les moyens de son ambition ? Un rapport commandé par le Parlement européen, et qui devait être présenté mardi 2 avril à ses commanditaires, répond par la négative : en l’état, la réglementation en vigueur n’a pas les moyens des objectifs que s’est fixés l’exécutif européen.

Il y a pourtant urgence. Dans leur rapport, les deux auteurs mandatés par les parlementaires, Barbara Demeneix (CNRS, Muséum national d’histoire naturelle) et Rémy Slama (Inserm, université de Grenoble), ont d’abord passé en revue les connaissances scientifiques les plus récentes sur le sujet. « Auparavant, nous disposions surtout de données américaines sur l’imprégnation de la population, mais nous avons désormais accès à des données de surveillance en Europe, montrant une situation comparable, explique Rémy Slama. A savoir une exposition généralisée de la population, y compris les femmes enceintes, à des dizaines de perturbateurs endocriniens avérés ou suspectés. »

>> Lire la suite

 

Communiqué de presse : PRÉSENTATION AU PARLEMENT EUROPÉEN DU RAPPORT SCIENTIFIQUE “ENDOCRINE DISRUPTORS, FROM SCIENTIFIC EVIDENCE TO HUMAN HEALTH PROTECTION”

Commandé par la commission des pétitions du Parlement européen, le rapport scientifique Endocrine Disruptors : from Scientific Evidence to Human Health Protection est présenté au Parlement européen le 2 avril par ses auteurs, Barbara Demeneix, professeure au Muséum national d’Histoire naturelle (MNHN/CNRS), et Rémy Slama, directeur de recherche à l’INSERM.

Le rapport publié le 20 mars 2019, propose un état des lieux des connaissances scientifiques des effets sur la santé de l’exposition à des perturbateurs endocriniens, aborde les réglementations européennes actuelles et offre des propositions pour améliorer la réglementation et ainsi minimiser l’exposition à ces substances, qui est la finalité poursuivie en Europe.

Travail sous hotte © MNHN - A. Iatzoura

Travail sous hotte © MNHN – A. Iatzoura

>> Communiqué de presse du Muséum National d’Histoire Naturelle

Autisme : les Etats-Unis s’alarment de l’augmentation des cas (TV5 Monde)

TV5 Monde
Par Pascal Hérard

Un rapport gouvernemental publié ce jeudi 26 avril 2018 indique que le taux d’enfants autistes américains est passé de 1,5% de la population à 1,7% en trois ans. Cette augmentation très importante n’a pas d’explication officielle, mais des facteurs environnementaux par la pollution chimique sont pointés du doigt.

Une étude prospective menée en Californie entre 1997 et 2008 a, par exemple, montré que la probabilité d’avoir un enfant autiste augmentait à mesure que le lieu de résidence des femmes enceintes était proche des champs traités au chlorpyriphos, un insecticide organophosphoré qui interfère avec le système thyroïdien. Aujourd’hui, il n’est plus possible de nier les effets de l’environnement sur ces troubles.
Barbara Demeneix

>> Lire l’article

Les effets des perturbateurs endocriniens sur la santé (RFI)

RFI – Priorité Santé
Par Chantal Lorho

Pesticides, plastiques, pollution de l’air… Chaque jour, des centaines de milliers de produits chimiques sont rejetés dans notre environnement. Ces produits chimiques contiennent des perturbateurs endocriniens, qui ont des effets néfastes notamment sur le cerveau, et ce, dès la conception des enfants. Quel est l’impact de ces pollutions chimiques sur le développement cérébral ? Peut-on évaluer leurs effets sur certains troubles cognitifs ?

recherche_environnement_sante_travail_0

© Les thématiques de la recherche en santé-environnement et santé au travail en France, de 2006 à 2016.Wikimedia/CC BY-SA 4.0/ Nathalie Ruault

Avec :

  • Barbara Demeneix, professeur au Muséum national d’Histoire naturelle, auteur de Cocktail toxique : Comment les perturbateurs endocriniens empoisonnent notre cerveau, aux éditions Odile Jacob.
  • Claire Richaud, bénévole pour l’association Générations Cobayes.
  • Pr Abdoulaye Leye, endocrinologue, chef du service de Médecine interne/endocrinologie-diabétologie au Centre hospitalier national universitaire de Pikine t enseignant à l’Université de Médecine Cheikh Anta Diop de Dakar, au Sénégal.

En fin d’émission, nous retrouvons la chronique nutrition de Stéphane Besançon, nutritionniste et directeur de l’ONG Santé Diabète à Bamako au Mali.

>> (Ré)écouter l’émission

Barbara Demeneix : “Les perturbateurs endocriniens nuisent au bon développement du cerveau” (Magazine La Recherche)

La Recherche
Propos recueillis par Bérénice Robert (mensuel 533)

Barbara_Demeneix_La_Recherche

© La Recherche

Scientifique engagée dans la lutte contre les substances chimiques qui affectent notre système hormonal, massivement présentes tout autour de nous, dans la nourriture, l’eau ou les cosmétiques, Barbara Demeneix a étudié leur nocivité, en particulier leur impact sur l’hormone thyroïdienne.

Dans le cadre du règlement européen sur les pesticides, les 28 pays de l’Union européenne, représentés par un comité d’experts, ont adopté, le 13 décembre 2017, une définition des perturbateurs endocriniens à partir de critères établis par la Commission européenne. Une nouvelle qui a réjoui Barbara Demeneix, professeure au Muséum national d’histoire naturelle, à Paris. L’endocrinologue d’origine britannique s’est spécialisée dans l’étude de l’hormone thyroïdienne, indispensable au développement du cerveau. Au cours de ses nombreux travaux sur le sujet, elle a pu observer comment les multiples composés chimiques qui polluent notre environnement, et en particulier les perturbateurs endocriniens, affectent la production de cette hormone. Elles perturbent par là même le développement cérébral des nouvelles générations. Face à la baisse générale du quotient intellectuel et à l’augmentation du nombre de troubles du spectre autistique, Barbara Demeneix plaide en faveur d’une meilleure législation.

>> Lire l’interview