Les perturbateurs endocriniens, une menace pour le développement du cerveau

Le Monde
Par Liudmilla Terres

Une étude et un rapport publiés mardi 7 mars pointent du doigt les perturbateurs endocriniens et leurs impacts sur la croissance du cerveau. La première, parue dans la revue Scientific Reports, a été menée par une équipe de chercheurs du laboratoire Evolution des régulations endocriniennes (Muséum national d’histoire naturelle-CNRS). Le second a été rédigé par plusieurs experts à la demande de l’association caritative britannique CHEM Trust.

>> Lire l’article

5090677_6_c390_dans-un-magasin-bio-a-paris-en-2014_52c594ccf6cfc35690814b103c8833f1

Dans un magasin bio à Paris, en 2014. ©JOEL SAGET / AFP (Photo publiée sur le site  LeMonde.fr)

New publication in Scientific Reports

DrapeauUK  We are all exposed on a daily basis to a complex mixture of chemicals present in numerous daily products. Our team made a mixture of 15 most common chemicals at concentrations found in human amniotic fluid. We tested the effect of a short exposure (3 days) to the mixture on frog embryonic tadpoles (Xenopus laevis). Not only did the mixture affect thyroid hormone signaling, which is essential for normal brain development in all vertebrates, but also altered brain gene expression, reduced neuron volume and inhibited tadpole movement. As thyroid hormone is exactly the same in frogs and humans, these findings suggest that exposure to common chemicals can adversely affect brain development in unborn children.

>> More information (Museum website)


DrapeauFR  Nous sommes tous exposés quotidiennement à des mélanges de produits chimiques présents dans de nombreux produits de la vie courante. Notre équipe a réalisé un mélange de 15 produits chimiques à des concentrations trouvées dans le liquide amniotique humain. Ce mélange a été testé sur des embryons de grenouilles (Xenopus laevis). Une courte exposition (3 jours) au mélange a affecté le fonctionnement des hormones thyroïdiennes, essentielles au bon développement du cerveau chez les vertébrés, mais a également modifié l’expression de plusieurs gènes du cerveau, réduit le volume des neurones et inhibé le mouvement des têtards. Les hormones thyroïdiennes étant exactement les mêmes chez les grenouilles et les humains, les résultats de cette étude suggèrent que l’exposition à ces produits chimiques courants peut nuire au développement du cerveau des fœtus.

>> Plus d’informations (site du Muséum)


CaptureEmbryonic xenopus brains (1 week post fertilization), treated (B) or untreated (A) with the mixture of 15 chemicals. The mixture exposure results in a reduction of neuron number and volume, marked in red (in green: oligodendrocytes).
Cerveaux d’embryons de xénope (1 semaine post-fécondation), traités (B) ou non (A) avec le mélange de 15 produits chimiques. Le traitement a provoqué une diminution du volume des neurones, marqués en rouge (en vert: les oligodendrocytes). © Bilal Mughal

Fini J.B., Mughal B.B., Le Mével S., Leemans M., Lettmann M., Spirhanzlova P., Affaticati P., Jenett A., Demeneix B.A. Human amniotic fluid contaminants alter thyroid hormone signalling and early brain development in Xenopus embryos. Scientific Reports. 7, 43786 ; doi: 10.1038/srep43786 (2017).

Des têtards éclaireurs contre la pollution

CNRS Le Journal
Par Audrey Diguet

Présents notamment dans les plastiques et les produits d’hygiène, parabènes, phtalates, bisphénol A et autres perturbateurs endocriniens s’accumulent dans l’eau. La start-up WatchFrog a conçu des têtards fluorescents capables de déceler ces molécules.

La start-up WatchFrog a été créée en 2005 par deux chercheurs CNRS, Barbara Demeneix – qui a reçu en 2014 la médaille de l’innovation de l’organisme – et Gregory Lemkine, accompagnés de Charles Berger. Elle s’appuie sur un brevet déposé par le CNRS et le MNHN.

>> Lire l’article

3_tetards

© Watchfrog