Comment réduire son exposition aux perturbateurs endocriniens ?

paint

Voici quelques conseils :

  • Préférer les produits agricoles bio, en particulier les fruits et légumes.
  • Limiter la consommation de nourriture qui a été en contact avec des emballages en plastique.
  • Préparer le plus souvent possible ses repas soi-même en utilisant des produits frais bio.
  • Eviter de cuisiner dans des poêles antiadhésives, utiliser de l’acier inoxydable.
  • Eviter de stocker les aliments dans des contenants en plastique, mais plutôt dans des contenants en verre ou céramique.
  • Ne pas chauffer au micro-onde des contenants en plastique, même si certains sont considérés comme sans danger, il est préférable de les éviter d’une manière générale.
  • Ne pas boire de café ou autres boissons chaudes dans des tasses en plastique.
  • Limiter le nombre de cosmétiques superflus, en particulier ceux contenant des phtalates, du triclosan ou des parabènes.
  • Laver chaque vêtement avant de les porter.
  • Se couvrir avec des chapeaux ou vêtements à manches longues plutôt que d’utiliser de la crème solaire.

Pour les femmes enceintes ou qui allaitent :

  • Ne pas manger de thon ou de saumon plus d’une fois par semaine.
  • Prendre des compléments en vitamines et minéraux qui contiennent 150µg d’iode par dose quotidienne et utiliser du sel iodé.
  • Et bien sûr, ne prendre de médicaments que sur conseil de votre médecin. Limiter l’acétaminophène, surtout pendant la grossesse.

Une fois que le bébé est né (en plus de suivre les recommandations ci-dessus) :

  • Ne pas utiliser de crèmes pour bébé avec des phtalates, du triclosan ou des parabènes.
  • Ne pas donner de produits laitiers à base de soja.
  • Utiliser des biberons en verre.

DrapeauUK English version

>> Plus plus d’informations, voir :

Toxic Cocktail: how chemical pollution is poisoning our brains Oxford University Press, 2017 

Traduction en français à venir.

Advertisements