Chlorpyrifos : les dangers ignorés d’un pesticide toxique

Le Monde
Par Stéphane Horel

C’est une famille de pesticides qui vole en moyenne 2,5 points de quotient intellectuel (QI) à chaque enfant européen. Son principal représentant, comme beaucoup de produits chimiques, porte un nom compliqué qui lui garantit le confort d’un certain anonymat. Pourtant, il contamine notre vie quotidienne. D’abord pulvérisé sur les cultures pour éliminer pucerons ou chenilles, le chlorpyrifos poursuit son existence sous la forme de traces dans les oranges, les pommes, la laitue, l’urine des enfants et le cordon ombilical des femmes enceintes.

Au fil d’un demi-siècle de pulvérisation, les données scientifiques se sont accumulées sur les effets nocifs de cet insecticide. Censé remplacer le DDT et ses effets délétères en 1965, le produit de la firme américaine Dow endommage en fait le cerveau des enfants de manière irréversible.

 

« On peut se demander pourquoi il n’a pas déjà été interdit. Le chlorpyrifos est toxique pour le système nerveux central, c’est-à-dire neurotoxique, et c’est un perturbateur endocrinien qui agit notamment sur la signalisation thyroïdienne. Il peut donc interférer avec le développement du cerveau. ».   Barbara Demeneix

>> Lire la suite (abonnés)

Tribune : « Sur l’impact des pesticides, la recherche scientifique doit éclairer la décision publique »

Le Monde
Tribune

L’appel à projets annoncé par le gouvernement le 9 mai ne suffira pas à couvrir l’ensemble des problématiques liées à l’utilisation de ces produits, déplore un collectif de près de 260 scientifiques, qui prônent une gestion plus ambitieuse « au nom du bien commun ».

Malgré la multiplication des plans annonçant leur réduction depuis plus d’une décennie, l’utilisation des pesticides en agriculture continue d’augmenter en France. Face à ce constat, le gouvernement lancera début juin le programme prioritaire de recherche « Cultiver et protéger autrement », doté de 30 millions d’euros. Ce dispositif est conçu pour développer des solutions de remplacement agronomiques et technologiques aux pesticides et les déployer ensuite vers les agriculteurs. Mais les travaux sur les impacts des pesticides sur la santé humaine et environnementale et les coûts que ceux-ci impliquent pour la société sont exclus des appels à projets.

Le 9 mai, le gouvernement a annoncé le lancement d’un appel à projets sur les effets des pesticides dans le cadre d’Ecophyto2 +. Doté de seulement 2 millions d’euros, il ne permettra pas de couvrir toutes les problématiques. Pourtant, la connaissance de l’étendue et de la profondeur des impacts des pesticides et la façon dont ils pèsent sur la société est un levier indispensable pour accélérer la transition vers d’autres modes de production, et complémentaire au développement d’alternatives aux pesticides. Pour être à la hauteur des enjeux, une programmation plus ambitieuse est nécessaire.

>> Lire la suite

Perturbateurs endocriniens : la réglementation européenne ne protège pas les populations (Le Monde)

Le Monde
Par Stéphane Foucart

Un rapport commandé par le Parlement européen regrette l’absence de prise en compte des effets cumulés de ces substances et pointe du doigt de profondes incohérences entre les différentes réglementations.

En novembre 2018, la Commission européenne présentait sa stratégie sur les perturbateurs endocriniens (PE) avec, comme objectif affiché, la réduction de l’exposition de la population à ces substances, capables d’interférer avec le système hormonal et impliquées dans une variété de troubles et de pathologies. Bruxelles a-t-elle les moyens de son ambition ? Un rapport commandé par le Parlement européen, et qui devait être présenté mardi 2 avril à ses commanditaires, répond par la négative : en l’état, la réglementation en vigueur n’a pas les moyens des objectifs que s’est fixés l’exécutif européen.

Il y a pourtant urgence. Dans leur rapport, les deux auteurs mandatés par les parlementaires, Barbara Demeneix (CNRS, Muséum national d’histoire naturelle) et Rémy Slama (Inserm, université de Grenoble), ont d’abord passé en revue les connaissances scientifiques les plus récentes sur le sujet. « Auparavant, nous disposions surtout de données américaines sur l’imprégnation de la population, mais nous avons désormais accès à des données de surveillance en Europe, montrant une situation comparable, explique Rémy Slama. A savoir une exposition généralisée de la population, y compris les femmes enceintes, à des dizaines de perturbateurs endocriniens avérés ou suspectés. »

>> Lire la suite

 

« Il n’est plus possible de nier l’effet de l’environnement sur le cerveau » (Le Monde)

Le Monde
Propos recueillis Stéphane Foucart

Demain, tous crétins ? La chaîne Arte diffusera, samedi 11 novembre, en partenariat avec Le Monde, un documentaire au titre en apparence potache, mais dont le sujet est d’une singulière gravité. Le film expose les travaux de chercheurs français et américains montrant que l’érosion récente des capacités cognitives des populations occidentales est, en partie au moins, liée à l’exposition à certains perturbateurs endocriniens.

La biologiste Barbara Demeneix (CNRS-Muséum national d’histoire naturelle), l’une des protagonistes du film, détaille les traits saillants de son travail sur le sujet, également développés dans un livre paru le 25 octobre (Cocktail toxique. Comment les perturbateurs endocriniens empoisonnent notre cerveau, Odile Jacob, 320 pages, 24 euros).

>> Lire l’interview (Edition Abonnés)

Le Monde Festival

LeMonde.fr
Par Fanny Laemmel

Le Monde Festival_BD

Qu’est-ce qu’un perturbateur endocrinien ? La Commission européenne vote, mardi 4 juillet, les critères permettant de les définir. Des scientifiques avaient alerté, le 16 juin, les vingt-huit ministres européens chargés de l’environnement sur la faiblesse du projet de réglementation européenne de ces polluants.

Pour la chercheuse Barbara Demeneix, biologiste au Muséum national d’histoire naturelle, il y a urgence à agir. Elle nous explique dans cet entretien l’influence des perturbateurs endocriniens sur le développement du cerveau de l’enfant. Pour détecter les perturbateurs endocriniens, cette scientifique utilise des têtards, qui changent de couleur en fonction de la présence de polluants.

Barbara Demeneix participera au Monde Festival le 23 septembre à une table ronde sur le thème « L’homme a-t-il atteint ses limites ? ».

>> Plus d’informations sur le programme du Monde Festival

 

Les perturbateurs endocriniens, une menace pour le développement du cerveau

Le Monde
Par Liudmilla Terres

Une étude et un rapport publiés mardi 7 mars pointent du doigt les perturbateurs endocriniens et leurs impacts sur la croissance du cerveau. La première, parue dans la revue Scientific Reports, a été menée par une équipe de chercheurs du laboratoire Evolution des régulations endocriniennes (Muséum national d’histoire naturelle-CNRS). Le second a été rédigé par plusieurs experts à la demande de l’association caritative britannique CHEM Trust.

>> Lire l’article

5090677_6_c390_dans-un-magasin-bio-a-paris-en-2014_52c594ccf6cfc35690814b103c8833f1

Dans un magasin bio à Paris, en 2014. ©JOEL SAGET / AFP (Photo publiée sur le site  LeMonde.fr)

Tribune : Halte à la manipulation de la science

Dans une tribune publiée dans Le Monde, près de cent scientifiques dénoncent la fabrication du doute par les industriels, déjà à l’œuvre dans la lutte contre le changement climatique.

Articles parus dans Le Monde le 30/11/2016 (Edition Abonnés) :

>> Halte à la manipulation de la science (Tribune)
>> Let’s stop the manipulation of science

>> Perturbateurs endocriniens : la fabrique d’un mensonge (par Stéphane Horel)

>> Perturbateurs endocriniens : un déni de l’état de la science (par Stéphane Horel)

>> Perturbateurs endocriniens : l’ingérence des Etats-Unis (par Stéphane Horel)

5039859_7_cd3d_2016-11-25-85bd1dd-17950-1idu7jr-e1mfvtpgb9_9626b1515129bc00d62b7ee1af2f9a59

© Olivier Bonhomme, LeMonde.fr


Les médias en parlent : France Info, France InterSud Ouest, BFMTV, Ouest-France, Sciences et Avenir, Radio ClassiqueTélérama, LCI, Le Courrier Picard, L’Express, France Soir, Europe 1, 20 minutes, La Presse, etc.