Découverte de l’impact du Pyriproxyfène sur l’augmentation de graves malformations chez les bébés nés au Brésil

Environmental Pollution via le Muséum National d’Histoire Naturelle (MNHN)
De Pieter Vancamp, Petra Spirhanzlova, Anthony Sébillot, Lucile Butruille, Jean-David Gothié, Sébastien Le Mével, Michelle Leemans, Karn Wejaphikul, Marcel Meima, Bilal B. Mughal, Pierre Roques, Sylvie Remaud, Jean-Baptiste Fini, Barbara A. Demeneix

07/23/2021

@Pixabay

En 2015, l’augmentation du nombre de bébés nés au Brésil avec une microcéphalie (petite tête et petit cerveau) a inquiété le monde entier. Cette grave malformation était associée à l’infection des femmes enceintes par le virus ZIKA, véhiculé par le moustique Aedes aegypti. Une étude de chercheurs de l’UMR PhyMA (Département Adaptation du Vivant – Muséum national d’Histoire naturelle et CNRS) parue dans la revue Environmental Pollution suggère que le Pyriproxyfène, un insecticide utilisé de manière intensive au Brésil, pourrait être un facteur majeur contribuant à l’augmentation de l’incidence de la microcéphalie.

Le Pyriproxyfène perturbe l’action des hormones thyroïdienne, qui contribuent à faire fonctionner le cerveau humain. Une carence grave en hormones thyroïdiennes pendant la grossesse était autrefois une cause fréquente de l’état pathologique de crétinisme, qui s’accompagnait de petits cerveaux et engendrait des handicaps mentaux chez les enfants.

Le rapport scientifique confirme que la perturbation de l’action des hormones thyroïdiennes, due à l’exposition au Pyriproxyfène, est impliquée dans la microcéphalie. L’insecticide dérèglerait des gènes impliqués dans la régulation de la génération des neurones et des cellules gliales, les éléments de base du cerveau. Le virus du ZIKA aggrave également les effets induits par l’insecticide sur le développement du cerveau. Les chercheurs démontrent donc que le Pyriproxyfène est un antagoniste actif des hormones thyroïdiennes, qui modifie le développement correct du cerveau.

>> Lire la suite

>> Lire la publication scientifique

Thresholds and Endocrine Disruptors: An Endocrine Society Policy Perspective

Journal of the Endocrine Society
From Barbara Demeneix, Laura N Vandenberg, Richard Ivell and R Thomas Zoeller

07/09/2020

Abstract

The concept of a threshold of adversity in toxicology is neither provable nor disprovable. As such, it is not a scientific question but a theoretical one. Yet, the belief in thresholds has led to traditional ways of interpreting data derived from regulatory guideline studies of the toxicity of chemicals. This includes, for example, the use of standard “uncertainty factors” when a “No Adverse Effect Level” (or similar “benchmark dose”) is either observed, or not observed.

In the context of endocrine-disrupting chemicals (EDCs), this approach is demonstrably inappropriate. First, the efficacy of a hormone on different endpoints can vary by several orders of magnitude. This feature of hormone action also applies to EDCs that can interfere with that hormone. For this reason, we argue that the choice of endpoint for use in regulation is critical, but note that guideline studies were not designed with this in mind.

Second, the biological events controlled by hormones in development not only change as development proceeds but are different from events controlled by hormones in the adult. Again, guideline endpoints were also not designed with this in mind, especially since the events controlled by hormones can be both temporally and spatially specific. The Endocrine Society has laid out this logic over several years and in several publications. Rather than being extreme views, they represent what is known about hormones and the chemicals that can interfere with them.

>> Lire la suite

European strategy aims to rein in EDC exposures

Endocrine Today
From Regina Schaffer

10/28/2020

@Pixabay

The European Commission this month unveiled their new chemicals strategy for sustainability, designed to protect the public from exposure to endocrine-disrupting chemicals and their health effects.

The chemicals strategy, part of the European Green Deal, is designed to be the foundation for the biggest update to Europe’s chemical regulations in more than a decade. The chemical strategy commits to a hazard identification for EDCs, including strict measures to prevent their use in consumer products. The strategy also calls for stricter data requirements for EDCs across all relevant legislation and to accelerate the development and adoption of better test methods. In a statement, the Endocrine Society praised the new strategy, and urged “further details and concrete actions” to protect public health.

Healio spoke with Barbara Demeneix, PhD, DSc, chair of the Endocrine Society’s EDC advisory group, about the latest push in Europe to assess EDCs, the risks of combination chemicals and how endocrinologists can become better advocates to rein in EDC use in the United States.

>> Lire la suite

De l’eau, oui, mais en bouteille ou au robinet ?

La Croix
De Sophie Viguier-Vinson

10/12/2020

@Pixabay

Si tout le monde s’accorde pour nous recommander de boire beaucoup d’eau, le débat devient plus vif quand il s’agit de choisir quelle eau. Écologie, pollution, économies, santé… Entre eau minérale et eau courante, tout ne se vaut pas. Cas de conscience.

J’adore mon eau minérale, son goût, ses bulles délicates. Je l’aime aussi plate pour le sport, ou bien dosée en magnésium pour l’humeur et la digestion à mes heures… Elle flatte mes papilles, contribue à préserver ma santé, car de fait, j’en bois plus ainsi, comme me l’a recommandé le médecin. « 1,5 litre par jour minimum », a-t-il insisté, pour être bien hydratée.

Sauf que chacune de mes bouteilles préférées rejoint la montagne de déchets à recycler, quand elle ne finit pas dans le fond encombré des océans. Je le sais, je les vois, je ne peux plus oublier leur poids dans le bilan carbone de la planète et sur la biodiversité, au point que l’amertume s’est infiltrée dans les molécules d’H2O.

« En France, 25 millions de bouteilles en plastique sont utilisées chaque jour et 42 % ne sont pas recyclées en Europe », rappelle Marillys Macé, directrice générale du Centre d’information de l’eau fondé par les distributeurs Veolia, Suez et Saur. De quoi gonfler mes scrupules et forcer le retour à la source domestique, celle du robinet. Sans hésitation ?

>> Lire la suite

Ammonium nitrate and iodine: a look back at the explosive history of two essential substances

The Conversation
From Barbara Demeneix

@Pixabay

The horrific explosion that devastated Beirut on August 4, 2020, has receded, but the physical damage and human distress persists. Reports indicate that fireworks were also stored in the same warehouse as the fertiliser and could sparked the larger, more deadly explosion of the fertilizer.

The two faces of ammonium nitrate

Nitrogen makes up 78% of the atmosphere and is chemically and biologically inert. However, in 1908 the chemist Fritz Haber discovered that nitrogen could be fixed chemically as ammonium nitrate. As a German patriot, Haber was also interested in Germany’s preparation for what would become World War I. A problem was that the methods Haber used could not be scaled up for industrial production. It was a fellow German, Carl Bosch, who perfected the industrialisation of the method in 1913, a year before the war’s start.

Haber and Bosch were both awarded Nobel prizes for their work – Haber in 1918 and Bosch in 1931. The prizes were instituted by Alfred Nobel, who financed the prizes thanks to his patents for the explosives dynamite and gelignite. Like other explosives, these comprise a molecular mix that releases energy suddenly, most often accompanied by the production of heat, light, gases, pressure and deafening sound.

In his Nobel acceptance speech, Haber acknowledged only that his discovery would help feed the world by improving soil fertility with ammonia. And there is no doubt that it did – populations have more than tripled since then. However, the speech did not mention his the main motivation for his work, Germany’s war effort. Haber also contributed to that effort with the production of chlorine gas. What is more, Haber almost certainly did not anticipate the implications of his discovery for fixing ammonia for its contribution to climate change.

>> Lire la suite

Is the Observed Decrease in Body Temperature During Industrialization Due to Thyroid Hormone-Dependent Thermoregulation Disruption?

Frontiers in Endocrinology
From Pieter Vancamp and Barbara Demeneix

@Pixabay

Protsiv et al. used three sets of data to demonstrate that human core body temperature had decreased by 0.03°C per decade since the industrial revolution in the US (1). They proposed that a 1.6% temperature drop over a period of almost 200 birth years had occurred. Anthropometrics, gender, or race were excluded as potential factors. The authors postulated that the principle contributor to this reduction was reduced inflammation, reflecting better, healthier environments and improved hygiene measures (1). Although hygiene has increased and hence reduced death from infectious disease, other factors in our environment have also changed significantly. Here we propose another plausible and potentially testable mechanism, that of the contribution of factors interfering with thyroid hormone (TH) metabolism.

TH is an essential physiological cue that acts at central and peripheral levels to affect internal temperature in endotherms (2). Humans strive to live at thermoneutral conditions, in which peripheral muscle metabolism generates sufficient heat as a by-product to maintain temperature without the need for additional heat-generating mechanisms (3). For us, the resting metabolic rate (RMR) is thus a crude proxy for core body temperature. TH directly affects the RMR by altering mitochondrial biogenesis and oxidative phosphorylation via TRα1, the principle TH receptor isoform in muscle (Figure 1) (4). TH fluctuations within the normal range alter the RMR in humans (56), suggesting that subtle changes in TH homeostasis could have consequences for body temperature. Recent data indicate that TH also safeguards core body temperature at the central level. 

>> Lire la suite

Polluants : alerte à l’exposition généralisée

Sciences et Vie
Par Elsa Abdoun

home-2006023_960_720

©Pixabay

Perturbateurs endocriniens, probables cancérigènes… Selon une récente étude portant sur près de 70 substances jugées préoccupantes, les Français s’avèrent massivement contaminés. Mais si l’étude alerte, elle offre aussi des pistes pour se protéger.

Six catégories de  molécules ont été étudiées par l’agence nationale de santé publique française : bisphénols, phtalates et parabènes (des perturbateurs endocriniens suspectés ou avérés), éthers de glycol (suspectés d’altérer les capacités reproductives et le développement du foetus), composés perfluorés et retardateurs de flammes bromés (suspectés de multiples effets toxiques). Résultat : l’exposition est généralisée. Les bisphénols A, S et F, plusieurs éthers de glycol et les principaux composés perfluorés étudiés ont été retrouvés dans 100 % des échantillons, tandis qu’au moins un type de parabène et la plupart des phtalates se retrouvaient respectivement chez près de 90 % et plus de 80 % de l’échantillon représentatif de la population française.

>> Lire la suite (abonnés)

ENFANTS HYPERSENSIBLES , UN PRESENT POUR L’ AVENIR!

Bande-annonce – Sortie en novembre 2019
Par Nathalie Brochard et Jean-Yves Bilien

Enfants hypersensibles - capture d'écrna

Nathalie Brochard présente son documentaire : ” Ce film documentaire est né d’un constat à partir de mon expérience en cabinet et à l’école. Constat partagé par un nombre croissant de professionnels de l’enfance. Empreints de stress et de peur, les enfants se bloquent dans leurs émotions, dans leur apprentissage, dans leur vie. Submergés, les enfants hypersensibles ne supportent plus le tumulte de leurs pensées et de leurs émotions et déclarent des phobies sociales et scolaires. Ils perdent espoir…

Ce film propose un kaléidoscope d’informations sur le constat actuel, ainsi qu’un panel d’approches thérapeutiques et pédagogiques afin de soutenir les difficultés. Nous explorerons également diverses solutions sur les facteurs aggravants endogènes et exogènes.”

Retrouvez Barbara Demeneix à 02:40

>> Découvrir la bande-annonce

Tribune : Perturbateurs endocriniens: le niveau de protection actuel est-il illusoire?

Mediapart – Le Club
Par Les invités de Mediapart

tribune10.10.jpg

« Il est temps que, face à la menace des perturbateurs endocriniens et au temps perdu du fait de la pression des lobbies, la politique européenne privilégie enfin la santé environnementale », alerte un collectif de chercheurs et de médecins au sujet de la contamination chimique de notre environnement et de nos organismes. Ils appellent à mettre en place le principe de précaution, « l’un des fondements de la législation européenne ».

La contamination chimique de notre environnement et de nos organismes est une composante majeure de la crise écologique actuelle, particulièrement par les perturbateurs endocriniens (PE). Dans le cadre du règlement « pesticides », l’Union Européenne a adopté une définition fin 2017, mais celle-ci permet-elle vraiment de protéger les populations ? Autrement dit, se contente-t-elle d’éliminer quelques molécules ou met-elle en oeuvre le principe de précaution pourtant l’un des fondements de la législation européenne ?

>> Lire la suite

 

Les pesticides, principale cause de la disparition des oiseaux en France

France Inter – Secrets d’info 
Par Jacques Monin, Philippe Reltien et Cellule investigation de Radio France

oiseau.jpg

©Pixabay

Enquête – Comment expliquer l’alarmante disparition de millions d’oiseaux ces dernières années ? Le dérèglement climatique désoriente les oiseaux migrateurs, mais le premier coupable est une molécule chimique : l’imidaclopride, qui agit sur eux comme un poison à mort lente lorsqu’ils picorent par exemple des graines enrobées de pesticides semées dans les champs.

Retrouvez Barbara Demeneix à 00:09:34 et à 00:19:13

>>(Re)découvrir l’article France Culture

>> (Ré)écouter l’émission France Inter

Pourquoi autant de polluants dans nos organismes ?

France Inter – Le téléphone sonne
Par Claire Servajean

FrInter09.09.2019

Une vaste étude réalisée par Santé Publique France a été publiée cette semaine auprès de plusieurs milliers de personnes : Bisphénols, phtalates, parabènes, solvants. Nous sommes tous contaminés…

Au téléphone sonne ce soir, questions sur ces produits du quotidien qui nous empoisonnent au sens propre, qui polluent nos organismes et nous contaminent sans que nous nous en apercevions. Santé Publique France a publié cette semaine la plus vaste étude jamais menée sur le sujet dans notre pays.
Des milliers de Français y ont participé entre 2014 et 2016. La conclusion est que les bisphénols, phtalates, solvants, parabènes sont présents dans les organismes de tous les Français, et tout particulièrement dans ceux des enfants. Or ces substances sont loin d’être anodines, certaines sont même dangereuses pour notre santé.
Le problème, c’est qu’elles sont omniprésentes dans notre environnement.
Il est par conséquent particulièrement difficile voire impossible d’y échapper.

Comment cette enquête a-t elle été menée ? Quelles sont les conséquences de cette exposition aux polluants pour notre santé ? Quelles sont les  recommandations à l’issue de cette enquête ? Du côté de nos dirigeants, la prise de conscience est- elle réelle et y- a-t-il  une volonté d’agir ?

Avec nous, pour en parler :

  • Sebastien Denys, directeur du pôle «santé environnement » de Santé Publique France.
  • Barbara Demeneix, endocrinologue, Professeure au MNHN, directrice de recherche au CNRS auteur de Cocktail toxique chez Odile Jacob.
  • François Veillerette, directeur de l’association Générations Futures

>> Ré(écouter) l’émission

Endocrine News Podcast 23 : EDCs and the EU

Endocrine News Podcast
By Caitlin R. Ondracek

edcnews

Caitlin talks about the European Union’s recent resolution on endocrine-disrupting chemicals. She is joined by Rémy Slama, PhD, an environmental epidemiologist and senior investigator at INSERM, France’s National Institute of Health and Medical Research, and Barbara Demeneix, PhD, professor in the Comparative Physiology Laboratory within the Natural History Museum in Paris.

>> Listen to the podcast

Les perturbateurs endocriniens

France Inter – Les Savanturiers
Par Fabienne Chauvière

Franceinter23.07

De nombreuses études mettent en évidence une augmentation vertigineuse des cas d’autisme et des troubles de l’attention. En cause : les perturbateurs endocriniens partout présents dans notre environnement :  jouets, emballages, cosmétiques… et même dans les boites de pizzas !

Lorsque Barbara Demeneix, actuellement professeure au Muséum National d’Histoire Naturelle, commence à s’intéresser au sujet il y a vingt-cinq ans, peu de chercheurs la prennent vraiment au sérieux. Aujourd’hui, tous lui emboîtent le pas. C’est d’ailleurs à cette chercheuse engagée – qui se définit aussi comme une lanceuse d’alerte – et à son collègue Rémy Slama que le Parlement européen a commandé un rapport sur les perturbateurs endocriniens. Il a été rendu public en avril 2019.

>> (Ré)écouter l’émission

Ce qui nous ronge le cerveau : enquête sur l’effondrement général du QI

Marianne 
Par Emmanuel Lemieux

thought-2123970_960_720

© Pixabay

Selon Barbara Demeneix, spécialiste des perturbateurs endocriniens, tout concorde pour un effondrement massif de notre QI. Passage au scanner de ce qui nous grignote l’intelligence.

Elle porte un joli chapeau de paille et nous répond avec un délicieux accent anglais, Barbara Demeneix, endocrinologue au CNRS et ancienne codirectrice du labo Evolution des régulations endocriniennes du Muséum national d’Histoire naturelle. Mais cela atténue à peine l’état des lieux terrifiant qu’elle établit depuis des années. Celui de la chimie et des perturbateurs endocriniens qui sont, selon ses études et hypothèses, une menace certaine pour notre quotient intellectuel. L’effondrement de nos sociétés viendra peut-être par le cerveau. Et cela a déjà commencé. Interrompant notre entretien, elle rend d’autorité au garçon de café un peu décontenancé les innocentes pailles en polypropylène de nos Perrier-rondelle : les poisons plastifiés ne passeront pas par elle.

Les perturbateurs endocriniens, avec des molécules chimiques qui ont été multipliées par 300 depuis les années 70, colonisent notre quotidien, nos organismes et nos pensées. Les fœtus du XXIe siècle baignent désormais dans un liquide amniotique qui, si l’on force le trait, relève plus de la cuve d’usine de type Seveso que du lac de montagne niché dans une vallée préservée – alors que l’on recommande aux mamans de ne surtout pas prendre de médicaments. Les impacts sont encore mal connus, mais néanmoins inquiétants. Dans le liquide amniotique, on repère désormais le bisphénol qui a franchi sans problème la barrière placentaire.

>> Lire la suite de l’article (Abonnés)

Contestado na Europa e nos EUA, agrotóxico que reduz QI de crianças é liberado no Brasil

RFI Brasil
Por Lúcia Müzell

Segundo especialistas, ele deixa traços nos alimentos e, no organismo humano, causa danos como distúrbios hormonais, deficiência mental irreversível nos fetos e diminuição de até 2,5 pontos de QI (quociente de inteligência) das crianças. O clorpirifós é um agrotóxico que surgiu para substituir o devastador DDT na agricultura e é usado há mais de 50 anos – mas é cada vez mais contestado pelos efeitos nocivos à saúde e ao meio ambiente.

O produto combate larvas e insetos e foi banido de oito países europeus. A sua licença para a utilização agrícola na União Europeia se aproxima do fim e o prazo, janeiro de 2020, levantou o debate sobre a pertinência de renovar a autorização. Segundo o jornal francês Le Monde, a Comissão Europeia estuda a possibilidade de não validar a permissão.

Uma das maiores especialistas em perturbadores hormonais do mundo, a pesquisadora Barbara Demeneix, do Laboratório de Evolução dos Reguladores Endócrinos de Paris, avalia que, se for concretizada, a medida já virá tarde.

“Nós esperamos muito que seja proibido na Europa, depois de tantos estudos não só sobre o impacto nas crianças, mas também no meio ambiente”, sustenta Demeneix. “Uma pesquisa incrível mostrou os efeitos desse químico nos peixes-corais. O estudo foi muito claro em demonstrar o quanto o clorpirifós afeta os hormônios da tireoide, portanto o desenvolvimento de todos os vertebrados. Está claro que há impactos não só no homem, como na biodiversidade.”

>> Leia mais