Coronavirus : la menace d’une hausse de l’utilisation des combustibles fossiles

Le Point Économie
Par Le Point

@Pixabay

La baisse du prix du pétrole pourrait inciter l’industrie pétrochimique à investir davantage dans les usines produisant pesticides, engrais et plastiques (source AFP). C’est une conséquence potentielle inattendue de la crise du coronavirus. Si certains espèrent y voir l’opportunité d’une transition écologique, c’est le contraire qui pourrait se dérouler, selon un commentaire publié jeudi par The Lancet. 

La chute du prix du pétrole pourrait provoquer une augmentation de la production des pesticides, des engrais ou encore du plastique. “L’industrie pétrochimique pourrait profiter de la baisse du prix du pétrole pour investir encore davantage dans les usines qui produisent des pesticides, des engrais et des plastiques”, explique à l’Agence France-Presse Barbara Demeneix du Muséum national d’Histoire naturelle, auteure de ce commentaire dans la prestigieuse revue médicale.

>> Lire la suite